Couplage Locales-Législatives : Un jeu de ruse aux allures de «mortal kombat»

0
25

Dans sa stratégie de «réduire l’opposition à sa plus simple expression», Macky Sall exploite à son profit la crise santé engendrée par la covid-19 contre ses opposants.

Par des actions aux relents politiciens, le pouvoir utilise toute occasion pour sévir.

Dans le jeu de ruse entre le pouvoir et l’opposition, toute erreur ou occasion peut s’avérer fatale. C’est une arène de règlement de comptes entre deux camps qui se sont toujours regardés en chiens de faïence.

Dans cette bataille aux allures de « mortal kombat », Macky Sall, au pouvoir, a donc une plus grande marge de manœuvre, et exploite toute largesse offerte par la nature.

Une stratégie politicienne, mais logique pour un homme politique, ancien élève de Wade.

L’idée du couplage des élections locales et celles législatives serait en gestation au plus haut sommet de l’Etat dans le but de soulager les caisses de l’Etat, fortement impactées par la pandémie de la Covid-19.

Une manière de montrer à son opposition qu’il est le seul à détenir le calendrier républicain.

En ce sens, il aura une longueur considérable vis-à-vis de ses adversaires politiques, parce qu‘il aura toute la latitude de se réorganiser pour se lancer à l’assaut des électeurs.

Le chef de l’Etat, Macky Sall serait dans des tractations pour repousser une fois de plus les élections Locales. Ce, afin de les coupler aux Législatives et 2022.

Ce qui fera aux yeux de ses détracteurs qu’il demeure le seul maitre du jeu politique au Sénégal. Cependant, des experts électoraux sont unanimes qu’un tel assemblage des deux types d’élections ne serait pas de tout repos pour l’administration qui serait obligée d’installer 3 urnes dans les bureaux de vote, mais aussi cela pourrait créer un flou politique pour les populations et même pour les acteurs politiques.

L’information fait son petit bonhomme de chemin. Le président de la République, Macky Sall, serait tenté, mieux aurait même décidé, de coupler les prochaines élections locales et législatives et qu’il serait en train d’attendre le retour à la normale et la reprise du dialogue politique pour soumettre ladite proposition à la Commission nationale du dialogue politique.

Une telle idée serait motivée par les conséquences économiques de la crise sanitaire qui rendraient impossible financièrement l’organisation d’élections locales, actuellement.

 Les craintes de Babacar Ndir  

 Babacar Ndir, coordinateur adjoint du Pôle des non-alignés affiche sa crainte d’un autre report ou même un couplage des Législatives et Locales.

Dans un entretiens au quotidien, le leader du Parti pour la démocratie, la citoyenneté et la République (Pdcr) revient aussi sur son choix de s’aligner dans la neutralité vis-à-vis du pouvoir et de l’opposition, tout en redoutant un report des Locales prévues en mars 2021.

Le leader du Parti pour la démocratie, la citoyenneté et la République (Pdcr) redoute un report des Locales prévues en mars 2021. « Nous craignons un autre report ou même un couplage des Législatives et Locales », a-t-il indiqué. Selon lui, le Covid-19 a brisé l’élan du dialogue national.

« Si les travaux de la Commission politique du dialogue national avaient été terminés, peut-être que les élections locales pouvaient se tenir, même si la question de l’audit du processus électoral et certains objectifs spécifiques n’avaient pas été épuisés à cause du Covid-19.

C’est pourquoi nous craignons un autre report ou même un couplage des élections législatives et locales », précise le coordinateur adjoint du Pôle des non-alignés.

En tout, si le chef de l’Etat réussi cette passe de coupler en 2022, les Locales aux Législatives, il aura une large longueur vis-à-vis de ses adversaires politiques. Parce qu’il aura le temps de se réorganiser pour une nouvelle majorité présidentielle.

Pape Alassane Mboup-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici