Matam : Les populations de Sinthiou Mbaal dans la rue pour exiger un forage

0
34

Profitant de la journée du dimanche, les populations du village de Sinthiou Mbaal, commune de Nabadji Civol, ont battu le macadam hier pour exiger la construction des infrastructures de base dans leur localité. Parmi leurs doléances, figurent en bonne place l’érection d’une case de santé, la création d’un collège et surtout un forage à même d’assurer une bonne fourniture en eau de tout le village.

« A défaut de disposer d’un dispensaire, nous devons au moins avoir une case de santé », martèle Kardiatou Ba qui porte la parole des femmes. Elle ajoute : « nos hommes sont fatigués de nous transporter à chaque fois qu’on est en travail, au centre de santé de Nabadji et par le moyen de  leurs charrettes. Parfois, il nous arrive de donner naissance en cours de route avec toutes les conséquences qui peuvent découler de cette situation inconfortable. Nous sommes vraiment fatiguées ».

Embouchant la même trompette, Oumar Ba dénonce l’absence de collège dans leur village alors que des établissements sont érigés dans des contrées moins peuplées. « Nous exigeons un collège parce que nos jeunes frères et sœurs souffrent de la navette qu’ils sont contraints de faire, parfois à pied, entre Sinthiou Mogo où ils étudient et Sinthiou Mbaal ». Regrettant la gestion du maire, il condamne : « notre maire (Abdoulaye Sally Sall, ndlr) ne fait rien pour ce village, il passe tout son temps à voyager. Ce n’est pas pour cela qu’on l’a élu et nous attendons de lui la satisfaction sans délai de nos doléances ».

Avec la période de forte chaleur qui toque à la porte, les populations de Sinthiou Mbaal restées pratiquement 7 mois sans eau donnent de la voix pour que le problème de la fourniture de l’eau soit définitivement réglé. Scandant « Macky Zéro », ces protestataires qui ont pourtant donné au président de la République un score inimaginable lors de la présidentielle 2019 se disent trahis. La panne du forage de Nabadji Civol, chef-lieu de commune, qui desservait le village depuis 1993 est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

« C’est avec Abdou Diouf qu’on a eu l’eau en 1993. C’est avec le président Wade qu’on a pu obtenir l’électricité. Mais avec Macky Sall, rien n’a été fait », se désole Demba Diop, qui aussi n’a pas manqué de jeter des pierres au maire de la commune de Nabadji Civol. « Si nous n’avons pas de forage, nous allons les sanctionner aux prochaines élections ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici